Et je doute que la NSA n’ai pas les moyens de décrypter, officieusement. Mais il ne faut pas effrayer et laisser l’illusion, car sinon, les “méchants” vont se méfier et prendre des précautions avec ces outils massivement surveillés ! Alors chut, il ne faut pas le dire…

Je suis contre la surveillance massive automatique. Nous devons conserver un droit à la vie privée numérique, de la même façon que nous ne pouvons pas fouiller notre domicile et nos papiers (et pas avant 6 ou 7h du matin), sans un mandat de perquisition dûment justifié et délivré par l’organe indépendant de la politique et de la police, qui était “la justice” !

Dans notre aveugle confiance à nos élus politiques, pourtant tous des “N00b” numériques pour la plupart, nous avons autorisé à se passer de cela (25 septembre 2016, votation en suisse), sous prétexte que ces données ne sont plus matérielles, mais numériques ? Sommes-nous donc si stupides pour croire que nous sommes à l’abri d’un 4ème Reich ? Relisez donc la troisième vague (ou le film, qui est toutefois largement romancé)

Written by

Réducteur de fractures numériques, éthicien digital, Suisse romande.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store