Crises: la pandémie de Covid-19 et un climat anxiogène

Paul Boeffard — Linkedin 20 avril 2020

Image for post
Image for post
Nekfeu dans le clip “Sous les nuages”​ — Capture d’écran Youtube

Et si le réchauffement climatique était instantané et brutal :

Les décès de Covid-19 sont dénombrés en temps réel et localisés par pays touchés. Ce suivi sensationnel souligne les ravages de la pandémie et son imminence. Par ailleurs, le choc sanitaire a été inopiné comme en témoigne l’affolement des gouvernements qui, pris au dépourvus, se contredisent régulièrement depuis le début de la pandémie. Cette crise soudaine et violente a créé l’électrochoc nécessaire pour susciter la peur des populations et sommer l’action des pouvoirs politiques.

Et si le réchauffement climatique était personnel et palpable :

L’expérience de la maladie est ontologique et sempiternelle, le spectre des pandémies historiques hante la culture populaire. La menace du virus est alors pressentie intimement, chacun est directement concerné dans sa chair. La mort foudroie et endeuille des familles en l’espace de quelques semaines, la perception du danger est intériorisée et les mesures de prévention sont naturellement assimilées car personnalisables. Le port de masque et l’isolation réduit considérablement mes risques de contamination : je suis maître de mon destin !

Et si le réchauffement climatique était une affaire d’État:

Cette crise sanitaire focalise l’attention sur les États-Nations dont la suprématie se mesure à l’aune du pourcentage de décès de Covid-19 au sein de leur population. En effet, la surmortalité dans un pays est directement imputable aux politiques nationales, responsables entre autres de la gestion du matériel médical (lits de réanimation, tests de dépistage, masques de protection, etc.). Les gouvernements exercent alors, leurs droits régaliens pour contenir la pandémie : fermeture des frontières, instauration du confinement général, réquisitions d’appareils productifs… Ces mesures ont une efficacité immédiate et quantifiable, légitimant ainsi le rôle tutélaire des États dans cette crise.

Et si le réchauffement climatique était un ennemi étranger :

Comme en temps de guerre, l’état stationnaire de notre société est actuellement bouleversé par un perturbateur exogène, un virus hostile et meurtrier. D’ailleurs, le président Macron a filé la métaphore guerrière lors de ses premières allocutions, critiquable à certains égards mais bien convenue pour appeler à la mobilisation générale. L’ennemi commun motive l’union : tous solidaires face au Covid-19 !

Avec des “ si “ on mettrait Paris en quarantaine :

Les différences entre ces deux crises sont donc psychologiques et politiques. Psychologiques d’abord, car le coronavirus, immédiat, cruel et apparent, est perçu par les populations comme un danger plus grave et inquiétant. Politiques ensuite, parce que le réchauffement climatique appelle à une mobilisation internationale impossible dans un système où le développement économique est tributaire des énergies fossiles. L’arrêt brutal de nos sociétés pour freiner la propagation du coronavirus ne prouve donc en rien que des mesures similaires pourraient être adoptées et tolérées pour atténuer le réchauffement climatique.

(Pascal Kotté)
Je plussoie Paul Boeffard - Cela m'amène même à revoir totalement ma croyance initiale d'incapacité de l'état et à voir que finalement, la solution est bien "politique". Un petit bémol, est-ce que maîtresse économie n'avait pas finalement elle-même donnée son accord pour ce coup de frein brutal, permettant aussi de masquer d'autres crises en cours, de moins en moins facilement invisibilisées ?
Ah, on dérape en bordure de complotisme avec de tels propos ! Non, je ne prétends nullement que la crise Corona a été construite. La Ploutocratie planétaire, n'est pas un petit groupement d'Illuminati ou de reptiliens, c'est simplement une anarchie systémique dont nous faisons partie : L'humanité ! Mais même sans tête, ou plus exactement, avec de très nombreuses têtes manipulatrices, que ce soit pour une transition, contre une transition, pour une révolution avec des propositions contre-productives, ou pour une croissance impossible : Cet ensemble génère une gouvernance globale, que nous appelons le Système, en tentant de ne pas s'y inclure. Un monstre informe qui n'est surtout pas moi. Ce système donc, actuellement plutôt dans une gouvernance ploutocratique globale, prend des décisions stratégiques, pour ou contre. Et nous avons accepté ce coup de frein, pourquoi ? Oh il y a désormais les détracteurs, ceux qui vont réclamer la reprise, le rattrapage... Et ceux qui vont crier aux complots, aux manipulations, et exiger d'arrêter de se payer notre tête, et la reprise aussi... Donc on va reprendre le train, et repartir.Mais beaucoup de voix appellent à ne pas repartir n'importe-comment, dont la voix des SHIFTers :)
PROPOSITIONS DU SHIFT PROJECT À L'ADRESSE DES DÉPUTÉS
Thème1: Santé https://lnkd.in/dVmqbpM
Thème 2: Travail https://lnkd.in/dsuFsaE
Thème 3: Consommation et Sobriété https://lnkd.in/diMrS42
Thème 4: Solidarités https://lnkd.in/dTTJKBu
Thème 5: Education https://lnkd.in/dnmmjfZ
Thème 6: Numérique https://lnkd.in/dBY_BVz
Thème 7: Démocratie https://lnkd.in/dUd7py5
Thème 8: Territoires https://lnkd.in/dHPtJWr
Thème 9: Europe https://lnkd.in/d4esgx6
Thème 10: Bien commun https://lnkd.in/dpt4k4y
Thème 11: Partage des richesses https://lnkd.in/dHb_pdg

Written by

Réducteur de fractures numériques, éthicien digital, Suisse romande.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store